Le centre ancien

"Sur le pont du Thor, j'ai senti parfois le goût vert et fugitif d'un bonheur immérité : ciel et terre étaient réconciliés"

Albert Camus - La Postérité du Soleil

Dès le XIIe siècle, le bourg, qualifié de « castrum » sur un acte de 1125, était entouré d’une enceinte percée de quatre portes donnant accès à la ville ; une seule subsiste aujourd’hui, la porte de Douzabas ou de Notre-Dame, aujourd’hui surmontée d’une horloge : l’actuel beffroi.

L’église Notre-Dame-du-Lac et le Beffroi en sont le principaux monuments, mais le centre ancien recèle encore beaucoup d’autres curiosités à découvrir.

L’Hôtel des Consuls du Thor : ancienne mairie,  jusqu’en 1909,  le bâtiment abritait en 1623, une salle consulaire pour abriter les réunions de l’assemblée consulaire et des habitants, qui se tenaient sous le porche de l’église voisine

 

Rue de Verdelin : les génoises et poutres :   fermeture d »avant-toit  formée de plusieurs rangs de tuiles-canal  en encorbellement sur le mur, la génoise,  originaire de Gênes, permet d’éloigner les eaux de ruissellement de la façade .Le nombre de rangs est parfois considéré comme un témoignage du statut social : les maisons modestes ont deux rangs, les propriétaires plus aisés en ont trois, quatre et jusqu’à cinq.Dans cette rue, deux maisons ont conservé une poutre sculptée en angle de charpente, représentant l’une, vraisemblablement un  dragon ou un bélier et l’autre une drôle de tête de génie protecteur !

monstre genoise             gargouille Fl Le Conte

 

Château Courtet : propriété privée qui ne se visite pas, le château remonte au XIIIè siècle ; à noter cependant dans la cour, l’habitation du fermier aux portes et fenêtres en arc de cercle et en encorbellement à l’étage, très rare exemple de construction de ce selon l’historien Robert Bailly.

enceinte chateau courtet le thorgargouille rempart chateau courtet motif ero.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Hôpital : cité dès 1216, il offre l’assistance aux indigents, grâce aux legs et donations qu’il reçoit, et au rôle caritatif des différentes confréries existant alors dans le village : les Pénitents blancs, les Pénitents noirs, dont les chapelles ont disparu. Il abrite aujourd’hui une maison de retraite, EHPAD les Cigales d’une centaine de lits. Son escalier intérieur majestueux est couvert d’un plafond à décor de gypserie.

façade ancien hotel dieu le thor         plafond ehpad le thor

 

 

 

 

 

Rue Cavalerie : ancienne ruelle au pavage restaurée, elle témoigne de l’aspect d’autrefois des artère étroites du village

 

 

 

Rue de la Nassion et remparts : l’appellation nassion vient des nasses déposées dans la Sorgue pour prendre les poissons. Le trou de la Nassion, qui  désigne une portion de la rivière avec une profondeur importante, est accessible à partir d’une porte dans les remparts, point de départ de la promenade aménagée et documentée , jusqu’à la passerelle  de la Garancine. Les remparts, quant à eux, existant déjà lors du partage de la Provence en 1125, affichent des dimensions remarquables : 1200 m de long, 6 à 8 m de haut et 1.25 m d’épaisseur !
Poterne de la Savine et Passerelle de la Garancine

 

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

 

Couvent des Dominicains
Impasse des Eglantines

trumeau impasse

 

 

 

 

 

 

 

Impasse des Roses : à l’angle de l’impasse et de la rue Goujon, un niche abrite une Vierge à l’enfant du XVIIIè, tandis que la niche voisine est désormais vide

impasse des roses vierge à l'enfant XVIIIè

 

 

 

 

 

 

 

 

Rue des Muets, si étroite qu’il est très difficile de s’y croiser….. et d’y bavarder ! Peut-être l’explication de son nom. Les génoises qui s’y frôlent, à travers lesquelles se découvre le cloche de l’église,  lui donnent un cachet particulier.

 

 

 

Les Jardins de la mairie accueillent deux illustres personnages, deux auteurs classiques tout de pierre sculptée sur leur piedestal : Molière et Corneille !  A l’origine, ces statues trônaient devant l’Opéra-Théâtre d’Avignon, mais avec le temps, la ville d’Avignon a préféré les remplacer par des copies. et c’est au Thor, dans les Jardins de la Mairie, que se trouvent désormais  ces originaux du 19ème siècle., sculptée par Joseph Brian, pour Molière, et par Jean-Louis Brian,  pour Corneille.

molière et corneille

 

 

 

 

 

 

 

Place du chasselas