Les Sorgues, les réaux, les canaux…

Chemin de vie pour l'agriculture et la nature, chemin de liens entre le patrimoine industriel d'hier, les réalisations artisanales d'aujourd'hui et les projets novateurs de demain, la Sorgue dessine le territoire du Thor, elle accompagne et rassemble les hommes et les femmes qui y vivent.

« Rivière des égards au songe, rivière qui rouille le fer,
Où les étoiles ont cette ombre qu’elles refusent à la mer.

Rivière des pouvoirs transmis et du cri embouquant les eaux,
De l’ouragan qui mord la vigne et annonce le vin nouveau.

Rivière au cœur jamais détruit dans ce monde fou de prison,
Garde-nous violent et ami des abeilles de l’horizon.»

René Char – Fureur et Mystère

Du gouffre de Fontaine-de-Vaucluse, où elle surgit, à sa jonction dans l’Ouvèze, trente-deux km plus loin,  la Sorgue est une rivière non domaniale ; chaque riverain en est propriétaire responsable, de sa berge à son mitan . Le Syndicat Mixte du Bassin des Sorgues en est la structure publique gestionnaire  pour le compte des communes et intercommunalités.

Au Thor, la Sorgue est divisée en plusieurs cours et réaux : La Grande Sorgue, la Petite Sorgue, la Sorgue des Moulins, la Sorgue du Trentin, la Sorgue de la Faible, le réal de Montclar, le réal des Dominicains…. autant de noms évocateurs de quartiers ou zones du territoire. Du fait de cette particularité, la Sorgue, qui signifie « source » en provençal,  ou les Sorgues sont deux vocables également en usage. consultable sur  Réseau Asco canal de l’Isle

 

Cartecommunesetsorgue (2)

 

 

 

 

La Sorgue, une rivière constante

C’est le   la sorgue au thor vers la garancineseul cours d’eau de la région méditerranéenne à bénéficier toute l’année d’un débit important, c’est aussi le seul à avoir une température constante de 13°C, même en plein été, du fait d’un séjour prolongé en milieu souterrain et de l’ombre portée par la végétation sur ses rives..

 

 

 

 

La Sorgue, une rivière exploitable et exploitée

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERAque ce soit pour l’industrie avec la force hydraulique, l’agriculture avec les ouvrages d’irrigation, et la pisciculture et la pêche, les sports, tels la pêche ou encore le canoë-kayak la Sorgue offre de voir encore de nombreux ouvrages hydrauliques témoins de la capacité des hommes à exploiter sa force, et de nombreuses manifestations sportives, signes de sa richesse.

 

 

 

 

 

La Sorgue, une richesse écologique

 

martin-pêcheur de la sorgue   en raison de sa source pérenne,  de son débit régulé, de son eau de qualité et aussi, du climat ensoleillé, la Sorgue créé un milieu écologique où s’épanouissent la faune et la flore ; castors, ombre commun, Lamproie, ainsi que martin-pêcheurs, cingles plongeurs évoluent à leur aise dans une rivière et une ripisylve préservées. Les zones qui bordent la Sorgue et bénéficient de son humidité constante permettent le développement d’essences habituellement réservées au nord de la Loire : frênes, ormes et aulnes, sans oublier les fougères.

 

 

 

 

La Sorgue fait partie du réseau européen Natura 2000

Le Syndicat Mixte du Bassin des Sorgues, SMBS

Seul organisme à pouvoir légitimement intervenir, le SMBS  mène des actions globales sur la rivière et veille à la cohérence des actions locales.

Chantier en cours du Site de la Croupière

Réalisés à l’initiative et sous la direction du Syndicat Mixte du Bassin des Sorgues, les travaux de restauration du seuil, de mise en place d’une passe à poissons et de changement d’exutoire du canal de L’Isle ont démarré début juin 2017 sur le site de la Croupière.

Contraintes du chantier

  • Il n’y aura pas de différence de hauteur d’eau dans le Trentin malgré un débit augmenté à 500l/s qui sera régulier.
  • Il n’y aura pas d’incidence sur les travaux du pont des Taillades, tout dépend du débit de la Fontaine de Vaucluse, mais en cas de crue, il est prévu que le bâtard d’eau saute.
  • Le Trentin sera maintenu en eau.
  • Il n’y aura pas d’incidence sur les zones inondables.
  • Le  chemin  de la Croupière sera fermé dès le début  et le chantier complètement clôturé et fermé au public.

Contexte du chantier

  • Le seuil de la Croupière créé au  Xème siècle dévie l’eau de la Sorgue du Trentin pour acheminer l’eau dans la cité papale ; là commence le canal de Vaucluse.
  • Aujourd’hui, ce seuil est en très mauvais état, s’il cédait il n’y aurait plus d’eau dans le canal de Vaucluse, il est infranchissable par les poissons et le Trentin n’est pas assez alimenté en eau propre, seulement en eau du canal de l’Isle, environ 200l/s.
  • Le pont bâche permet à l’eau du canal de L’Isle de traverser le canal de Vaucluse, il arrosait autrefois les terres de côté nord, et le surplus d’eau va dans le Trentin fortement piscicole.

Diaporama explicatif à consulter